• Claudine Deslandres

Brown-out : la cohérence 3/3)

Dernière mise à jour : 6 sept.


J'écris cet en août 2022, à l'heure ou les incendies dévorent la nature, ravagent les infrastructures, bouleversent l'économie, épuisent les pompiers, désolent des familles, inquiètent les maires, menacent le patrimoine et compromettent jusqu'à l'habitabilité de certains espaces.


Et si nous faisions le parallèle avec les activités professionnelles ?



Vous trouverez ici la première partie : burnout : la surchauffe

et la deuxième est là : bore-out : la sécheresse


Article burn-out, bore-out et brown-out


BURN OUT / BORE OUT / BROWN OUT

Ces trois expressions témoignent du mal-être au travail.


Quels parallèles peut-on établir entre les conditions qui favorisent le dérèglement du travail et génèrent l'apparition de ces troubles, et le dérèglement climatique qui engendre canicules, sécheresses et incendies ?


Suivez-moi dans cette troisième partie.




Brown-out : la cohérence



Dans le cas du brown-out : au-delà de l'ennui, c'est la perte de sens qui engendre lassitude et découragement.


Lorsque le contexte professionnel ne fournit pas d'explication sur l'utilité des tâches à effectuer, qu'il n'apporte pas d'éclairage quant au "pour quoi" de la mission : alors, à quoi bon se donner de la peine ?


Une impression tenace s'incruste alors : que le travail soit effectué ou non, qu'il soit bien fait ou non, quelle différence cela fait-il ? Puisque la personne qui est en charge de ce job, ne perçoit pas quel bénéfice un consommateur ou un usager pourra en tirer ?


Le sens, c'est aussi la direction.


Comment percevoir la pertinence d'une action, si on ne peut pas percevoir sa finalité ?


Le sens, c'est aussi la cohérence avec le fameux "Ce dont le monde a besoin" qui constitue l'un des pôles du concept de l'Ikigai.





Si vous effectuez avec compétence une tâche que vous aimez faire et pour laquelle vous êtes rémunéré, mais sans avoir la conviction qu'elle rejoint une partie des attentes et besoins de la société qui vous entoure : alors s'installe un sentiment d'inutilité.


Certains s'en contentent (job alimentaire), d'autres s'y ennuient (bullshit job). Quelques-uns le refusent tout simplement, préférant se mettre en quête d'une activité qui soit selon eux davantage reliée aux exigences et défis du monde d'aujourd'hui.


C'est ainsi qu'ils se sentent "alignés", dans la mesure où ils désirent faire correspondre leurs actions à leurs convictions. Lorsque j'accompagne ces personnes, je suis frappée par l'importance que revêt pour elles le fait d'identifier comment ils peuvent contribuer, quelle différence ils envisagent d'apporter - même si cette différence peut paraître modeste : c'est la leur, cela porte leur patte et c'est important pour elles.



Et, si on transpose à l'actualité brûlante de ces derniers mois ?

Par exemple, on pourrait imaginer, dans le domaine de la couture, une personne qui ait participé à la confection des costumes portés pour le défilé d'Yves Saint-Laurent dans le désert.



Je suis encore tellement sidérée par cette incongruité que je vous propose le lien vers cet article qui détaille cet événement, résumé ainsi :


Dans le désert marocain d’Agafay, Kering a organisé un show pour le défilé masculin, route de 6 kilomètres pour accéder au site, avec arrosage quotidien, bâtiments éphémères, climatisations et espace VIP, Stargate de 12 tonnes, construction d’une piscine pour accueillir le catwalk nécessitant 50 camions de 10m3 pour la remplir, soit près de 500 m3 dans une région désertique alors même que le risque d’assèchement des puits était réel durant cette période. Ceci sans compter l'impact important engendré par les déplacements en jet et l'accueil des centaines d'invités, pour un quart d'heure de spectacle.


Peut-être que ce défilé a été orchestré et mené à bien par des personnes qui sont attachées à l'exploit, au dépassement de soi, qu'elles se sont régalées à relever un défi grandiose, à réaliser l'impossible et qu'elles se réjouissent des retombées financières futures.


En tout cas : ces vues sont sublimes et la prouesse est réelle. Je les aurais probablement appréciées, ces images, si elles avaient été tournées dans les années 80.


Mais...


Regarder aujourd'hui de jeunes messieurs décharnés qui affichent une mine boudeuse alors qu'ils portent des pelisses et des écharpes en plein désert : ces images me semblent incongrues, d'autant plus que je les juxtapose à celles des catastrophes en série que nous subissons en Europe cet été 2022 (et qui ont naguère été subies par les populations, la faune et la flore en Australie*, en Californie**, au Canada*** ou en Inde****).


Et que dire des paragraphes qui concluent ce défilé : les premières phrases en exergue après un gros plan sur cet anneau lumineux au centre de cette piscine ronde commencent par :


"We think of life as an inexhaustible well" (nous considérons la vie comme un puits inépuisable).


« J’avais envie d’une porte qui s’ouvre sur un nouveau monde » affirme Anthony Vaccarello.


Cette phrase résonne en moi comme une provocation, tellement éloignée de mes convictions, tellement en contradiction avec la façon dont a été conçue cet événement***** ?


Alors... peut-être aussi que la personne qui a assemblé les costumes, si elle n'est pas complètement en phase avec l'intention et la finalité de ce show et qu'elle se sent davantage concernée par les enjeux liés au dérèglement climatique que par les enjeux liés à l'industrie de la mode, se sentira affreusement mal d'avoir été complice d'un événement qu'elle percevra comme écocide et déplacé ?



La Loire en août 2022
La Loire en août 2022

Surtout en ces circonstances, à l'été 2022 alors que l'énergie est chère et devient rare - à tel point que le gouvernement nous conseille de limiter notre consommation d'énergie sous quelque forme que ce soit - que les mares, les fleuves et les lacs s'assèchent en France, que certains agriculteurs voient leurs récoltes brûler et que des éleveurs hésitent à abattre une partie de leur cheptel car l'herbe censée nourrir les bêtes ne pousse pas.






Peut-être que cette personne-là se sentirait davantage utile, qu'elle aurait l'impression de pouvoir faire une différence et contribuer aux "besoins du monde" , si son travail consistait à assembler les tenues des pompiers plutôt que celles des mannequins ? Peut-être que cela ressemblerait davantage pour elle à l'idée qu'elle se fait d'une porte qui s'ouvre sur un nouveau monde ?


Ce n'est qu'une hypothèse.


Je pourrais aussi imaginer que certaines des personnes qui ont contribué au succès des JO d'hiver de Pékin sur neige artificielle se sentiraient davantage "alignées" en développant le ski sur herbe en France, en faisant la promotion de la pétanque en lieu et place du curling - ou que sais-je encore.


Voire, que les personnes qui préparent la climatisation des stades de la future Coupe du Monde de Football au Qatar, préfèreraient peut-être imaginer des innovations pour rafraîchir des bâtiments de façon naturelle (végétalisation etc) ou même concevoir des bâtiments à énergie passive.


Il existe tellement de manière d'ouvrir des portes qui s'ouvrent sur de nouveaux mondes.


Quelles sont les portes que vous rêvez d'ouvrir ?


Comment imaginez-vous vos projets, quelle stratégie ou quelle méthode appliquez-vous pour les identifier, quelles actions mettez-vous en place pour parvenir à ouvrir les portes qui vous paraissent essentielles, à vous ?



C'est dans cet esprit que j'ai conçu le parcours "La Box IKIGAI®" : concilier sens, plaisir et compétences dans leur activité professionnelle, prendre de la hauteur, (re)trouver du souffle.



🏖 Si vous êtes actuellement en mode détente et repos :

je vous souhaite un bon été ressourçant 😎


Et, si vous êtes en mode combustion 🔥 , en mode ennui ⏳ ou incohérence 🤔 :


Alors, rencontrons-nous ! De préférence avant que votre mal-être au travail ne se transforme en burn-out, en bore-out ou en brown-out.


La prise de contact est offerte.




* En Australie 2019-2022 : 27 morts parmi les humains et plus de 500 000 000 parmi les animaux (koalas, kangourous, autres mammifères, reptiles, oiseaux...)


** Wishon Fire en 2022, Dixie Fire en 2021, Creek Fire et Eldorado Fire en 2020, Paradise détruite par Camp Fire en 2018


*** Dôme de chaleur en 2021, la ville de Lytton détruite... et les conséquences que l'on connaît maintenant concernant la production de graines de moutarde.


**** Inde, Pakistan : les humains meurent tout simplement de chaud.


***** Les choses bougent lentement, mais elles bougent : voir la Fashion Week à Copenhague qui exige que les marques s'engagent sur le développement durable..


Repéré aussi : cet article dans La Tribune à propos du brown-out


35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout