16h34 le 7 novembre

November 7, 2016

 

À compétences et responsabilités égales, à temps de travail égal, les salaires des collaboratrices restent inférieurs à ceux des collaborateurs : cette différence des écarts de salaire entre les femmes et les hommes représenterait 38,2 jours de salaire en moins par an*.

 

À ce rythme, il faudrait 170 ans pour atteindre l'égalité.

 

Cliquez ici pour lire l'article paru dans Les Echos
 

Faites-vous partie de celles qui "ne savent pas se vendre" ? De celles qui n'osent pas refuser une mission de plus, sans négocier une contrepartie financière ? De celles qui trouvent normal de travailler régulièrement au-delà des horaires, sans songer à demander une prime ou bien une journée de récupération ? de celles qui perdent leurs moyens rien qu'à la perspective de prévoir un entretien avec leur responsable ou leur RH ?

 

Eh oui, parfois certaines entreprises établissent - plus ou moins consciemment - une sorte de barème différent selon le genre. Les vieux clichés sont toujours présents ! Même si certaines femmes obtiennent de meilleurs résultats, ou sont mieux qualifiées pour tel ou tel poste, même si désormais les tâches ménagères sont plus faciles à répartir, même si le télétravail a fait sauter beaucoup de verrous, même si...

 

Au cours de ma carrière professionnelle, j'ai rencontré de nombreuses femmes qui avaient une valeur incontestable, et n'osaient même pas demander un simple rendez-vous à leur N+1. Par  modestie, par fierté parfois, par lassitude souvent.

 

Le système scolaire apprend aux filles un mode de fonctionnement qu'elles intègrent parfaitement : si on obéit à la consigne édictée par le professeur, alors on récolte une bonne note et on passe au niveau suivant. C'est ainsi que les élèves filles obtiennent un excellent taux de réussite aux examens, par exemple. Facile : il suffit d'apprendre ses leçons et de bien travailler, beaucoup et sérieusement, et le résultat ne se fait pas attendre : la récompense arrive régulièrement à la fin de l'année. 

Le souci, c'est que le monde professionnel fonctionne de manière tout à fait différente, et que la majorité des garçons est mieux préparée à cela : en effet, les élèves garçons se soucient assez peu des règlements en général, ils acquièrent souvent plus tôt leur indépendance, et leur tendance à transgresser les consignes établies pour inventer celles qui leur conviennent mieux constitue un avantage en début de carrière... avantage que certaines femmes auront du mal à rattraper.

 

J'ai rencontré :

- des femmes qui n'osaient pas demander un entretien à leur supérieur hiérarchique

- des femmes qui hésitaient à accepter une promotion

- des femmes qui se questionnaient sur leur valeur au travail - alors qu'elles obtenaient des résultats surprenants

- des femmes qui restaient en retrait car elles désiraient fonder une famille

- des femmes qui ne s'aventuraient pas à chercher un emploi mieux rémunéré - alors qu'elles étaient remarquablement qualifiées...

 

Un coach professionnel est à même de vous accompagner pour explorer le contexte, évaluer vos atouts, comprendre vos craintes et mobiliser vos ressources afin de lever les freins qui vous entravent dans votre évolution professionnelle - tout en respectant votre rythme et sans jamais forcer la mesure.

 

* Messieurs, ce sujet vous concerne également... en entreprise, aussi bien que dans la sphère privée !

 

Rencontrons-nous ! la prise de contact est offerte

 

 

 

Please reload

Posts Récents

July 15, 2019

January 3, 2019

November 3, 2017

October 27, 2017

September 11, 2017

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
  • Facebook Basic Square
Retrouvez-nous

© 2019 • Claudine Deslandres • Coaching Professionnel                           Mentions légales

claudine.deslandres@provalence.net            +33(0) 6 14 40 09 43