Rechercher
  • Claudine Deslandres

🍀 Chance ou malchance, qui peut savoir ? 🍀



"Immédiatement, vous cessez de grandir."


Avec un peu d'avance sur NoĂ«l, j'ai eu la chance de participer Ă  une rencontre d'un groupe GERME au cours duquel Vincent Houba est intervenu. À cette occasion, il nous a partagĂ© un conte - qui d'ailleurs m'avait Ă©tĂ© transmis il y a quelques annĂ©es par Corinne Tanguy et ValĂ©rie Francisque - et qui m'Ă©tait sorti de l'esprit.


Je vous l'offre Ă  mon tour, en guise de cadeau de saison.


Voici une histoire que Lao-Tseu aimait raconter.

Un pauvre chinois suscitait la jalousie des plus riches du pays parce qu'il possédait un cheval blanc extraordinaire. Chaque fois qu'on lui proposait une fortune pour l'animal, le vieillard répondait : "Ce cheval est beaucoup plus qu'un animal pour moi, c'est un ami. Je ne veux pas le vendre. "


Un jour le cheval disparut. Les voisins rassemblĂ©s devant l'Ă©curie vide donnĂšrent leur opinion : "Pauvre idiot, il Ă©tait prĂ©visible qu'on te volerait cette bĂȘte ! Pourquoi ne l'as-tu pas vendue ? Quel malheur ! "


Le paysan se montra plus circonspect : "N'exagérons rien, dit-il. Disons que le cheval ne se trouve plus à l'écurie. C'est un fait. Tout le reste n'est qu'une appréciation de votre part. Comment savoir si c'est un bonheur ou un malheur ? Nous ne connaissons qu'un fragment de l'histoire. Qui sait ce qu'il adviendra ? "


Les gens se moquÚrent du vieil homme. Ils le considéraient depuis longtemps comme un simple d'esprit.

Quinze jours plus tard, le cheval blanc revint. Il n'avait pas été volé, il s'était tout simplement mis au vert et ramenait une douzaine de chevaux sauvages de son escapade !


Les villageois s'attroupÚrent de nouveau : "Tu avais raison, ce n'était pas un malheur mais une bénédiction. "


Le paysan rĂ©pondit : "Je n'irais pas jusque lĂ . Contentons-nous de constater que le cheval blanc est revenu ; mais comment savoir si c'est une chance ou une malchance ? 🍀 Ce n'est qu'un Ă©pisode. Peut-on comprendre le contenu d'un livre en n'en lisant qu'une phrase ? "


Les villageois se dispersÚrent, convaincus que le vieil homme déraisonnait : recevoir douze beaux chevaux était sans nul doute un cadeau du ciel, qui pouvait le nier ?...


Le fils du paysan entreprit le dressage des chevaux sauvages. L'un d'eux le jeta par terre et le piétina.


Les villageois vinrent de nouveau donner leur avis : "Mon pauvre ami ! Tu avais raison, ces chevaux sauvages ne t'ont pas porté chance ! Voici que ton fils unique est estropié ! Qui donc t'aidera dans tes vieux jours ? Tu es vraiment à plaindre ! "


Le paysan rétorqua : "Voyons, n'allez pas si vite. Mon fils a perdu l'usage de ses jambes, c'est tout. Qui dira ce que cela nous aura apporté ? La vie se présente par petits bouts, nul ne peut prédire l'avenir.


Quelque temps plus tard, la guerre éclata et tous les jeunes gens du village furent enrÎlés dans l'armée - sauf l'invalide.


Les villageois se lamentĂšrent : " Vieil homme, tu avais raison ! Ton fils ne peut plus marcher, mais il reste auprĂšs de toi tandis que les nĂŽtres vont se faire tuer. "


Le paysan répondit : " Je vous en prie, ne jugez pas hùtivement. Vos jeunes sont enrÎlés dans l'armée, le mien reste à la maison, c'est tout ce que nous puissions dire... Dieu seul sait si c'est un bien ou un mal. "



Conclusion du maĂźtre Lao Tseu :


Ne jugez pas, sinon vous ne connaßtrez jamais la réalité. Vous réagissez obsessionnellement aux évÚnements et sautez aux conclusions : immédiatement, vous cessez de grandir.

Le jugement dessÚche votre intelligence. Votre mental aime prononcer des sentences parce que le flot mouvant de la réalité l'angoisse et lui fait perdre ses moyens.


Le voyage ne s'achÚve jamais ; la fin d'une route est le commencement d'une autre. En fermant une porte, vous en ouvrez une nouvelle ; et, quand une montagne est gravie, vous découvrez celle qui suit.


 



Cette pĂ©riode entre NoĂ«l et le Jour de l'An, suspendue entre la fĂȘte familiale et la fĂȘte sociale, nous incite Ă  l'introspection. Pour bĂ©nĂ©ficier au mieux de ce fameux "esprit de NoĂ«l" : nous pourrions dĂ©cider de donner libre court Ă  notre inspiration et laisser parler nos cƓurs ? Offrons-nous donc le temps de savourer de prĂ©cieux moments avec nos proches, de dĂ©couvrir davantage autrui, assurons-nous d'entreprendre des activitĂ©s qui nous intĂ©ressent rĂ©ellement et apprĂ©cions pleinement les cadeaux, qu'ils soient offerts ou reçus !


Joyeuses fĂȘtes !


Pour aller plus loin :

Rencontrons-nous ! la prise de contact est offerte


#Coaching #EspritdeNoel #chance



58 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout